Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/La-vie-est-belle
          La vie est belle !

La vie est belle !

Homélie du 5ème Dimanche du Temps Ordinaire - Année B - 5 Février 2012 - Marc 1, 29-39

« Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée ! » Ces mots du sage qu’est Job résonnent à nos oreilles aujourd’hui. Et certains pourront dire en vérité qu’il a bien raison d’affirmer cela. Le matin on se lève pour aller au travail, on a mal par ci, on a mal par là et puis vous savez c’est la crise et donc l’avenir n’est pas rose !

  • homeliek - (mp3 - 9.1 Mo) Télécharger

C’est pourquoi Job pourra continuer en disant, comme dans un acte d’abandon fataliste : « Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur. » Sans minimiser les différentes difficultés qui peuvent nous donner à penser que la vie n’est pas facile, on ne peut en rester là. En effet, Jésus nous montre qu’il y a tout de même une autre attitude à voir, à avoir !

En quelques versets, saint Marc vient nous donner les trois attitudes essentielles de Jésus. Nous le voyons prier seul dans la montagne à l’écart. Nous l’entendons enseigner la Bonne Nouvelle car c’est pour cela qu’il est sorti. Nous le regardons guérir toutes les maladies et toutes les langueurs. Par ces trois activités, Jésus nous révèle la profondeur de son être.

Par la place qu’il donne à la prière, il nous annonce l’intimité qu’il vit avec le Père. Il est le Fils bien-aimé du Père. Et c’est dans cette intimité qu’il veut nous introduire, ainsi que nous le vivons à chaque fois que nous disons le Notre Père.

Par l’enseignement qu’il nous transmet, Jésus vient dire au monde qu’il est vraiment en lui-même la Bonne Nouvelle, l’Évangile, le Verbe fait chair. Ainsi que le dira la lettre aux hébreux : « Souvent, dans le passé, Dieu a parlé à nos pères par les prophètes sous des formes fragmentaires et variées ; mais, dans les derniers temps, dans ces jours où nous sommes, il nous a parlé par ce Fils qu’il a établi héritier de toutes choses et par qui il a créé les mondes » (He 1, 1-2).

Enfin, par les guérisons de toutes maladies, par le fait qu’il chassa beaucoup d’esprit mauvais, Jésus vient révéler qu’il est le rédempteur de l’homme. Il sait ce qu’il y a dans le cœur de l’homme et il sait que l’homme a besoin d’être sauvé, a besoin d’être rétabli dans sa dignité.

Chers frères et sœurs, au travers ces gestes du Seigneur nous entrons peu à peu dans une connaissance intérieur de son mystère. Plus encore, le Seigneur désire nous faire participer à son mystère même. En effet, ainsi qu’a pu le dire le Concile Vatican II : « ″Image du Dieu invisible″ (Col 1, 15), il est l’Homme parfait qui a restauré dans la descendance d’Adam la ressemblance divine, altérée dès le premier péché. Parce qu’en lui la nature humaine a été assumée, non absorbée, par le fait même, cette nature a été élevée en nous aussi à une dignité sans égale. Car, par son incarnation, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. Il a travaillé avec des mains d’homme, il a pensé avec une intelligence d’homme, il a agi avec une volonté d’homme, il a aimé avec un cœur d’homme. Né de la Vierge Marie, il est vraiment devenu l’un de nous, en tout semblable à nous, hormis le péché » (Gaudium et Spes, n°22).

Il en résulte qu’à notre tour, pour répondre à cet appel de Jésus vivons plus en profondeur notre vie de fidèles du Christ. Comment ? En faisant comme Jésus a fait :

Prenons le temps de la prière personnelle et communautaire. Nous pourrions entrer pleinement dans l’intimité de Dieu, si nous savions sortir de nous-même, de nos préoccupations, de nos habitudes où s’enlise notre personnalité d’enfants de Dieu.

Soyons des témoins de la Vérité par une annonce explicite de l’Évangile dont nous serons les témoins par toute notre vie. N’oublions pas que la prédication de Jésus n’est ni fade ni doucereuse. Elle est le cri de la Vérité, même quand il parle paisiblement, calmement, amicalement. Il impressionne par la qualité de ses affirmations et non par sa véhémence. Pour qu’à notre tour nous puissions vivre ainsi, prenons modèle sur la personne du Saint Père Benoît XVI, homme doux et humble mais fort de la Vérité qu’il annonce.

Enfin, à notre tour sachons tendre la main avec amour vers celui qui souffre dans son corps ou dans son cœur. Ils n’en attendent pas de nous de longs discours, mais des gestes tout simples qui viennent de notre cœur et leur expriment ce dont il est plein, de Dieu qui est amour.

Chers frères et sœurs bien-aimés, que la Vierge Marie nous accompagne sur cette route qui nous donnera de montrer aux hommes combien, grâce et par Jésus, la vie est belle et vaut le coup d’être vécue.

Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr