Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/Saint-Sebastien-un-tableau-d
    "Le martyre de Saint Sébastien" - Tableau d’Eugène Delacroix

"Le martyre de Saint Sébastien" - Tableau d’Eugène Delacroix

Le tableau est actuellement parti pour deux expositions en Espagne.


Merveille de l’art roman, l’abbatiale Saint Michel (XIème siècle) est l’église d’influence bourguignonne la plus à l’Est en France. Elle contient de nombreux trésors dont, dans son chœur, une huile du maître du romantisme français, Eugène Delacroix, « Saint Sébastien secouru par les Saintes Femmes », communément appelée « Le Martyr de Saint Sébastien ».

Peint en 1836 et exposée au Salon sous le numéro 499, cette toile fut achetée par l’Etat et donnée à la ville de Nantua grâce à l’instigation de Félix Giraud, député de l’Ain. La Municipalité de Nantua avait alors un projet de création d’un musée d’art religieux. Pour ce, le musée du Louvres avait accepté de donner un fond d’œuvres dont cette pièce d’Eugène Delacroix.

Ce tableau a failli disparaître à tout jamais de Nantua. En effet, cette œuvre importante du peintre est vendue, sans état d’âme, le 12 mai 1869 pour la somme de 24 000 francs par le Conseil de Fabrique (actuel Conseil Paroissial) pour achever de payer l’orgue !

Construit en 1845 à Mirecourt par Nicolas-Antoine Lété, célèbre facteur d’orgue du XIXème siècle français, cet instrument était destiné au départ à la cathédrale de Troyes. Ne sachant pas exactement où le mettre dans cet édifice, c’est alors que Monseigneur Debelay, évêque de Troyes, reçoit une lettre de son frère, curé de Nantua, à la recherche d’un orgue pour sa paroisse. Il lui « adresse » moyennant une somme d’argent conséquente ce « roi des instruments » (comme le surnommait Guillaume de Machaut). Arrivé sur des chars tirés par des bœufs, cet orgue dit de transition est inauguré en grandes pompes lors de la messe de Noël de 1847. Devant le coût, le Conseil de Fabrique décide alors de vendre ce tableau à un antiquaire. La Cour d’Appel de Lyon annule la vente le 21 décembre 1873, Saint Sébastien peut alors revenir dans son écrin catholard.

Dans ce tableau, Saint Sébastien est peint sous les traits d’un jeune athlète, allongé contre un tronc dans une forêt. On retrouve un des thèmes chers aux romantiques, la nature, ainsi que la couleur de la cape du Saint, d’un rouge sang, d’un rouge passion…

On peut noter la maîtrise de l’art picturale du peintre devant le raccourci de la jambe droite, si réussi, qu’on oublie la difficulté du dessin devant le résultat obtenu. A la gauche du Saint, une femme lui ôte une flèche de son épaule. C’est Sainte Irène de Rome (décédée en 304), Martyr et épouse de Saint Castulus. A ses côtés, une jeune servante tient un vase contenant du baume pour panser les plaies. Elle détourne la tête, équilibrant le tableau par cette attitude. Ce faisant, elle permet non seulement de découvrir les soldats romains qui s’éloignent, venant de flécher le Saint (en bas à droite) mais aussi (en haut à gauche) un soleil couchant sur des ruines d’un château. Il s’agit là d’une allégorie à la Passion du Christ.

D’une sensibilité romantique rare, cette œuvre a été classé Monument Historiques le 15 octobre 1903. Œuvre majeure d’Eugène Delacroix, elle participe régulièrement à des expositions en France et dans le monde entier. Elle a notamment été exposée au Japon (en 1990 pour l’année du romantisme français), à Zurich, Berne, Madrid, etc…

Qui était Saint Sébastien ?

Saint Sébastien naît aux alentours de 260 à Narbonne. Ses parents sont des chrétiens fervents. Ils s’installent à Milan. Devenu adulte, Sébastien se rend à Rome alors qu’éclate la neuvième persécution envers les chrétiens. Il s’engage dans l’armée afin d’être libre de ses mouvements et venir ainsi en aide aux chrétiens martyrisés. L’empereur Dioclétien le nomme capitaine de la garde Prétorienne.

On attribue à Sébastien plusieurs guérisons miraculeuses. L’application de la Croix sur les lèvres de Zoé, muette depuis 6 ans, lui rend la parole. Il guérit Chromace, Préfet de Rome, atteint de la goutte et baptise toute sa famille. Mille quatre cents soldats environ suivent cet exemple.

Saint Sébastien - © SDAS, cliché V. Savereux Dioclétien tente de le persuader d’abjurer sa foi en 288. Sébastien refuse. Dioclétien ordonne aux archers Mauritaniens de le mettre à mort. Sébastien, lié à un arbre et atteint de plusieurs flèches, est laissé pour mort. Sainte Irène dont l’époux, Saint Castulus était le chambellan de Dioclétien, s’aperçoit qu’il respire au moment de l’enterrer. Certains pensent alors que les archers ont volontairement épargné les zones vitales.

Guéri, Sébastien se rend devant l’empereur pour lui reprocher son incroyance. Celui-ci le fait bastonner un 20 janvier et ordonne que l’on jette son corps dans les égouts (Cloaca Maxima) afin que les chrétiens ne puissent le ressusciter. Une chrétienne, Lucine, retrouvera sa dépouille qui sera enterrée dans les catacombes, non loin du tombeau de Saint Pierre. Une église sera construite à cet emplacement.

Saint Sébastien devient un saint guérisseur en 680. Il est invoqué pour délivrer Rome d’une grande peste et garde un rôle protecteur au Moyen-Age. Il devient patron des archers et en 825, sous le règne de Charles le Chauve. Le pape Eugène II confie aux archers le transfert de ses reliques dans l’abbaye royale de Saint-Médard à Soissons. Saint Sébastien deviendra également le patron des marchands de ferraille et des confréries de charité.

Renaud DONZEL

Cet article a également été publié dans La Tribune Républicaine le 28 janvier 2010

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr