Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/Abbe-Grabiel-Gay-1911-1945-Enfance
        Abbé Gabriel Gay - Enfance

Abbé Gabriel Gay - Enfance

L’abbé Gabriel Gay (1911-1945), belle figure sacerdotale de notre diocèse, est essentiellement connu grâce au livre des pères Armand et Givre. Ce livre sera amplement cité dans les lignes qui suivent.

Cette première étape de la vie de l’abbé Gay nous invite à la prière pour les familles.


Saint-Rambert-en-Bugey

« Tout semble appeler Gabriel Gay à une existence heureuse et choyée, lorsque le 17 juillet 1911, on le ramène de l’église de Saint-Rambert-en-Bugey, où, des mains de son oncle maternel, il vient de recevoir le Sacrement de Baptême. Déjà, au moment de sa naissance, quatre jours auparavant, son père avait dit en riant qu’il venait au monde juste assez tôt "pour assister au défilé du 14 juillet". De fait, pour Gaby, comme on se plaît dès lors à le nommer, tout paraît commencer sous les auspices les plus favorables. »

Acte de baptême de Gaby

Il est le quatrième enfant de la famille. Ainsi, à sa naissance une sœur de 7 ans, une autre de 5 et frère né en 1907 viennent entourer le berceau.

Son père travaille aux bureaux d’une usine se trouvant sur la commune. Le soir, il aime à rentrer chez lui afin de passer du temps dans l’intimité de sa famille. « Intimité d’autant plus profonde que cet esprit de famille va chercher son aliment dans une foi chrétienne robuste et vécue. »

Cela ne durera pas. En novembre 1913, il perd son père d’une pneumonie. Puis, juste après la guerre, en 1921, c’est sa sœur aînée qui meurt emportée à l’âge de 17 ans de la grippe espagnole.

Gaby a suivi les leçons d’un vieux prêtre, l’abbé Massot, retiré sur la paroisse. Et, en 1919, pour la fête du Sacré-Cœur, bien préparé en famille, il fait sa première communion.

La mère de Gaby cherche auprès de son frère curé de Marboz, l’abbé Ginod, le secours nécessaire pour assurer de façon plus méthodique l’éducation de son Benjamin. « Et finalement, en 1922, après la mort de sa fille aînée, c’est aussi à Marboz que Mme Gay ira chercher un peu de réconfort et essayer de refaire une santé qu’elle sent de plus en plus fragile. Elle quittera définitivement Saint-Rambert et toute la famille se regroupera alors sous une autorité, qui, pour être sacerdotale, n’en sera sans doute que plus paternelle. »

Marboz

Au cœur de la Bresse, Marboz est une paroisse qui offre un milieu des plus favorables à l’épanouissement d’une vie chrétienne.

« Au presbytère d’abord, c’est la vie de famille qui continue ; il n’y manque pas d’animation, les mois d’été surtout, lorsque les nombreux neveux et nièces de M. le Curé viennent passer leurs vacances. Quand il est seul, Gaby se montre plutôt timide, silencieux, sans oublier pourtant d’être serviable. Mais en compagnie de ses cousins, il s’en donne à cœur joie. » Gaby avec son frère

À l’école de Marboz, où il arrive au moment de la rentée d’octobre 1921, il trouve une classe vraiment formatrice de toute la personne. En effet, le souci n’est pas de former seulement l’intelligence, mais également les âmes. Son désir de piété trouve un lieu pour s’approfondir et s’épanouir. Il participe à la "Croisade Eucharistique" qui avait été fondée en 1922.

Gaby a aussi les jeux des enfants de son âge.

« Pour l’instant, M. Le Curé de Marboz se rend bien compte que l’âme de son neveu est riche déjà de ces qualités, qui pourraient annoncer un choix de Dieu. Un soir, il lui demande s’il n’aimerait pas continuer d’étudier, pour devenir, lui aussi, un prêtre comme son oncle. Et l’enfant répond simplement : "Oh ! Je veux bien". »

Intention de prière

Prions pour que les familles soient un lieu d’éducation chrétienne et d’éveil des vocations.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr