Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/Beni-soit-Dieu-qui-nous-guerit-et
          Béni soit Dieu qui nous guérit et nous envoie !

Béni soit Dieu qui nous guérit et nous envoie !

Homélie du 30ème Dimanche du Temps Ordinaire - Année B - 28 Octobre 2012 - Marc 10, 46-52

« Béni soit le Seigneur notre Dieu : sur ceux qui habitent les ténèbres, il a fait resplendir sa lumière », avons-nous entendu dans le verset de l’Alléluia. Ces mots, que la liturgie nous donne aujourd’hui, résonnent à notre cœur en nous rappelant le grand chant de Zacharie après la naissance de Jean-Baptiste, le Précurseur, celui qui montra Jésus aux premiers disciples.

  • homelieae - (mp3 - 8.4 Mo) Télécharger

Oui, la Providence organise bien les choses. En effet, par le sacrement de confirmation, fait du baptisé, déjà disciple du Christ, un envoyé, un apôtre appelé à montrer Jésus tant par sa vie que par ses paroles.

Mais de plus, il se trouve qu’en ce jour de la confirmation d’Olivier, nous entendons cet évangile relatant la guérison d’un aveugle à Jéricho. Après la supplication très liturgique, « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! », le Seigneur fait venir auprès de lui l’aveugle et lui demande : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Ainsi, il l’engage à dire ce qui le motive dans sa supplication et ce désir est de voir ! L’aveugle de Jéricho sait, dans la foi, que Jésus peut le guérir et il le supplie. La réponse ne se fait pas attendre : « Va, ta foi t’a sauvé ! » Le résultat est double : non seulement l’aveugle est guérit et devient un voyant, mais en plus il se met à marcher à a suite de Jésus. On ne sait pas comment, mais il le fait !

Chers frères et sœurs, si nous reprenons pour nous ces différents éléments, il y a quelque chose de très fort qui nous est donnée aujourd’hui. Dans la foi, nous savons que Jésus est le Sauveur qui vient combler le cœur de l’homme. Mais est-ce que nous lui demandons de nous sauver ? Dans la foi, nous savons que Jésus peut nus guérir de notre cécité et ainsi nous permettre de voir ses merveilles dans nos vies et dans la vie des hommes. Mais est-ce que nous ouvrons nos yeux non seulement physiques mais également ceux de notre cœur ? Dans la foi nous sommes certains que Jésus est vraiment le chemin qui nous mène au Père. Mais est-ce que nous avons le courage de quitter notre bien-être, nos habitudes, nos peurs, pour nous mettre résolument à sa suite dans le quotidien de nos vies ?

Il se trouve qu’aujourd’hui, qu’après avoir reçu le sacrement de confirmation, Olivier aura reçu la plénitude de l’initiation chrétienne. Il pourra alors s’appuyer avec force sur les fondements de la vie chrétienne, il sera comme l’aveugle de Jéricho qui vient d’être guéri par Jésus et qui se met à sa suite. Par le baptême, la confirmation, l’eucharistie, nous avons tout ce qui nous est nécessaire pour vivre pleinement en disciples du Christ appelés à devenir témoins de l’Amour miséricordieux du Père. Ainsi qu’a pu le dire le Pape Paul VI : « La participation à la nature divine, donnée aux hommes par la grâce du Christ, comporte une certaine analogie avec l’origine, la croissance et le soutien de la vie naturelle. Nés à une vie nouvelle par le Baptême, les fidèles sont en effet fortifiés par le sacrement de Confirmation et reçoivent dans l’Eucharistie le pain de la vie éternelle. Ainsi, par ces sacrements de l’initiation chrétienne, ils reçoivent toujours davantage les richesses de la vie divine et s’avancent vers la perfection de la charité » (CEC 1212).

En revenant à l’évangile de ce dimanche, nous pouvons constater que nous sommes dans la même dynamique. Cet homme de Jéricho, qui a fait une rencontre personnelle avec le Christ, se met en route sur le chemin de la perfection de la charité en avançant à la suite de Jésus. A nous de faire de même !

Un dernier élément est important. Tout ce qui se passe pour l’homme de Jéricho a une dimension personnelle évidente, mais également une dimension communautaire. En effet, c’est la foule qui transmet à l’aveugle l’appel de Jésus. C’est la foule qu’il traverse pour aller à la rencontre de Jésus. C’est encore au milieu de la foule que s’engage un dialogue et que Jésus guérit cet aveugle. Enfin, l’homme se met à marcher à la suite de Jésus certainement au milieu des disciples du Christ. C’est grâce à l’Église que nous pouvons faire l’expérience de la présence de Jésus dans nos vies. C’est par l’Église que nous recevons les fondements nécessaires à la vie chrétienne que sont les sacrements de l’initiation chrétienne. C’est portés et soutenus par l’Église que nous pourrons entrer dans une fidélité toujours plus grande au Christ Rédempteur de l’homme.

Alors, chers frères et sœurs bien-aimés, n’ayez pas peur de vous appuyer sur la grâce de l’initiation chrétienne afin de vivre et de proclamer à notre temps la foi ancienne et toujours actuelle : « Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant ! Il vient nous éclairer de sa lumière divine et sauver tous les hommes. »

Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr