Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/Pour-aimer-abattons-les-murs-qui
        Pour aimer, abattons les murs qui entourent nos coeurs

Pour aimer, abattons les murs qui entourent nos coeurs

Ce dimanche, Jésus nous laisse LE commandement nouveau. Il nous engage à aimer comme lui nous aime. C’est ainsi que nous construirons la civilisation de la vie et de l’amour.


« Dans un monde où les frontières sont de plus en plus ouvertes – pour le commerce, pour les voyages, pour le déplacement des personnes, pour les échanges culturels – il est tragique de voir des murs continuer à être construits. » Ainsi s’est exprimé le Pape Benoît XVI dans l’un de ses nombreux discours pendant son pèlerinage en Terre Sainte. Certes, à travers ces mots, le Saint Père parlait d’une manière particulière du mur de béton qui a été construit comme une barrière entre Israël et la Palestine. Mais il semble que ces mots appellent une analogie qui nous est offerte par les mots même de l’évangile de ce dimanche.

Que nous dit Jésus ? Il nous donne un commandement nouveau. On peut dire qu’il nous donne LE commandement par excellence. Ecoutons-le encore une fois : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». C’est le grand commandement de l’Amour. Aimer est véritablement le chemin qui nous conduit sur la route du bonheur, sur la route de la joie. Non pas une joie superficielle, mais une joie qui vient de Dieu lui-même. C’est à la joie de Dieu que nous sommes conviés : « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie ».

Aimer en vérité, c’est exigeant ! C’est pourquoi Jésus nous y engage, plus encore, il nous donne un commandement. Certes, de nos jours ce mot a plus une connotation militaire : le chef commande à ses troupes. Ou, cela donne l’impression d’une restriction : ne fais pas ci, ne fais pas ça. Et pourtant, Jésus inscrit cette réalité du commandement dans une démarche de vie de communion qui n’est possible que parce que le disciple connaît la volonté de son Seigneur. En fait, Jésus nous laisse le commandement afin que nous puissions choisir le projet d’amour que le Père a depuis toute éternité pour chacun d’entre nous. Il nous donne ainsi de participer à sa vie, à son être en demeurant dans l’Amour. « Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. »

Chers frères et sœurs, c’est là que nous retrouvons ce que le Pape a pu dire concernant le mur. En effet, bien souvent nos cœurs sont enchâssés dans un mur qui nous empêche d’aimer. S’instaure alors comme une spirale qui nous fait descendre dans une vie de non amour et de péché. Mais, ce mur peut être dépassé grâce et par le Christ. En effet, que dit-il ? Il nous engage à aimer comme lui nous a aimés. Et comment nous a-t-il aimés ? Il nous a aimés jusqu’au bout, jusqu’à donner sa vie pour nous. Or, « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ». Par sa mort et sa résurrection, le Christ Seigneur a fit sauter la spirale du péché et de la mort. Il nous a montré que l’amour est plus fort que la haine qui conduit à la mort. Il nous a montré que face à la violence la seule réponse que nous pouvons donner, c’est la Miséricorde. « Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres », nous dit Jésus et il ne met aucune restriction.

Oui, les murs de nos cœurs, qui nous empêchent d’aimer, peuvent être détruis par la force de l’Amour Miséricordieux du Seigneur. C’est cet Amour que Jésus nous engage à faire grandir dans nos vies. C’est cet Amour qui nous donnera alors de construire la civilisation de la Vie et de l’Amour que nous appelons tous de nos vœux, à la suite du Saint Père. C’est cet Amour qui nous permettra de faire grandir la communion de la paix entre les hommes que Dieu aime, puisqu’il les a tous créés à son image par Amour, et pour l’Amour.

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure » nous dit Jésus. Et ce fruit est celui de l’évangile. L’évangile qui nous est confié par le Seigneur lui-même. L’évangile qui « nous enseigne que Dieu peut faire toutes choses nouvelles, que l’histoire ne se répète pas, que les mémoires peuvent être guéries, que les fruits amers de la récrimination et de l’hostilité peuvent être dépassés, et qu’un avenir de justice, de paix, de prospérité et de coopération peut se lever pour tout homme et pour toute femme, pour la famille humaine tout entière », ainsi que l’a rappelé le Pape au Saint Sépulcre. En d’autres termes, l’évangile nous invite à l’Espérance.

« Demeurez dans mon amour », nous dit encore le Seigneur. Chers frères et sœurs bien-aimés, en ce dimanche, Jésus vient de nous mettre face à notre vocation première : celle de l’Amour. Puisse ce commandement de l’Amour prendre tout son sens dans notre vie. Puisse l’Esprit Saint nous donner d’entrer dans une démarche de conversion toujours plus profonde afin de grandir dans l’Amour non seulement au niveau personnel mais également au cœur de la communauté ecclésiale qu’est notre groupement paroissial. Puisse la grâce du Christ ressuscité nous donner de stimuler nos efforts afin d’être des témoins de l’Espérance qui nous anime, cette Espérance de voir les murs de nos cœurs être abattus par la force de l’Amour.

Amen

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr