Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/Transfiguration
        Transfiguration...!!!

Transfiguration...!!!

Nous continuons notre itinéraire vers la Solennité Pascale. Et voilà que dans notre deuxième étape, la liturgie de l’Église nous donne de gravir la montagne – à la suite des Apôtres Pierre, Jacques et Jean – afin de participer à la Transfiguration du Seigneur.


Face à ce mystère, il nous faut accueillir humblement la réalité de l’événement afin de nous laisser enseigner par lui. Par ces versets, le Seigneur nous parle et vient nous transmettre un enseignement fort, non seulement sur lui-même mais également sur notre chemin de vie chrétienne. Alors ouvrons notre cœur et écoutons l’évangéliste nous parler.

Nous voyons Jésus emmener ses disciples « à l’écart », « sur une haute montagne ». Il y a dans la vie des Apôtres comme une rupture avec leur quotidien. Ils sont emmenés à l’écart afin d’être pleinement disponible à ce qui va se passer. Ils entrent ainsi dans une intimité plus grande avec leur Maître, le Christ Rédempteur. Mais le lieu où Jésus les emmène n’est pas anodin. Il s’agit d’une haute montagne. C’est le lieu, de la rencontre avec Dieu. C’est le lieu de l’Alliance. C’est le lieu de la manifestation de la Gloire divine. Par cette situation, l’évangéliste nous invite véritablement à quitter le bruit de notre quotidien pour plonger dans le cœur de Dieu afin d’être disponible pour accueillir sa Parole, son Verbe, le Christ Sauveur.

Sur cette montagne un évènement particulier se passe. « Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui. » C’est sur cette montagne qu’il nous est donné de pouvoir contempler la Gloire du Christ comme une véritable anticipation de la résurrection. En effet, le paradoxe de l’Incarnation nous est ici révélé. Jésus est vrai Dieu et vrai homme. Il est vraiment celui dont le visage était annoncé dans la première alliance. Celui qui était attendu et dont la venue était préparée par la Loi et les Prophètes tout au long de l’histoire de la première alliance. Il y a véritablement une continuité manifestée par la présence de Moïse et d’Élie, et une radicale nouveauté qui vient illuminer la vie des hommes car la Gloire de Dieu nous est donnée. En d’autres termes, nous est révélée ici notre vocation : contempler la Gloire de Dieu. Devant mystère de la Transfiguration, ces mots de la première lettre de saint Jean prennent toute leur force : « Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu’il est » (1Jn 3, 2).

Chers frères et sœurs, ainsi que l’écrit le Pape Benoît XVI dans son message de Carême : « L’évangile de la Transfiguration du Seigneur nous fait contempler la gloire du Christ qui anticipe la résurrection et annonce la divinisation de l’homme ». Pendant ce temps de carême, alors que nous cheminons d’une manière catéchuménale, approfondissons cette réalité de notre vie chrétienne : par la grâce du baptême nous sommes devenus fils bien-aimés du Père. Ou dit autrement, ce que Jésus est par nature nous le sommes devenus par grâce. D’ailleurs, en continuant notre contemplation du mystère de la Transfiguration nous allons être introduits dans un nouvel élément qui explicite cela.

« Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre ; et, de la nuée, une voix disait : ″Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le !″ » La nuée nous fait entrer en Dieu. La voix nous ouvre au mystère du Père. Nous avons ici la révélation de la Trinité Sainte. Oui, le disciple du Christ, enfant bien-aimé du Père, est plongé dans la Trinité Sainte. Il est introduit dans le mystère d’intimité de Dieu qu’est la Trinité. Ce mystère est grand, c’est certain. C’est le mystère d’Amour de Dieu pour nous et le carême nous est donné comme un véritable cadeau qui nous permet d’approfondir cela.

Chers frères et sœurs bien-aimés, Dieu est là dans son grand amour et dans sa paix. Certes, il se peut que nous ayons des difficultés à le percevoir, car nous pouvons ressentir que notre cœur est encombré par les soucis, les échecs, le stress ou des relations difficiles. N’ayons pas peur ! Ne perdons pas courage ! Pendant ce temps de Carême, ainsi que nous y invite le saint Père, osons « quitter la rumeur du quotidien pour nous plonger dans la présence de Dieu : Il veut nous transmettre chaque jour une Parole qui nous pénètre au plus profond de l’esprit, là où elle discerne le bien et le mal (cf. He 4,12) et affermit notre volonté de suivre le Seigneur. »

Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr