Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/Donne-moi-a-boire
        Donne-moi à boire !

Donne-moi à boire !

Homélie Dimanche 27 Mars 2011 - 3ème Dimanche de Carême Année A

Nous voilà à la troisième étape de notre cheminement catéchuménale vers Pâques. Nous sommes invités au puits de Jacob afin de voir Jésus en dialogue avec une Samaritaine.


Ce dialogue nous donne d’entrer dans une double dimension paradoxale de la vie chrétienne. En effet, nous voyons le Christ avoir soif et être celui qui rassasie en donnant à boire l’eau vive ; de plus, nous voyons la Samaritaine être capable de donner à boire tout en étant et en restant assoiffée. N’est-ce une dimension importante de la vie en général et de la vie chrétienne en particulier ?

En fait, à tout bien regarder, la question qui se pose est une question de source : à quelle source pouvons-nous nous abreuver afin d’être pleinement nous-même, pleinement humain et ainsi de devenir des témoins du Seigneur Jésus. Alors, ensemble regardons ce que nous dit l’évangile.

Jésus est harassé, il est fatigué et, légitimement, il a soif. Il ose demander à boire à une femme, une Samaritaine. Et l’évangile relève ce côté étonnant car « les Juifs ne veulent rien avoir en commun avec les Samaritains ». Que se passe-t-il dans ce premier échange ? Jésus manifeste sa grande liberté et qu’il ne s’enferme pas dans une forteresse pour protéger ce qu’il est. Bien au contraire, il va vers celle qui est différente. La Samaritaine réagit avec ses peurs, « Comment ! Toi qui es Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? », mais elle ouvre son cœur grâce à cette rencontre avec Jésus qui lui annonce l’eau vive. Le cœur de Christ est une fontaine qui vient rassasier les cœurs des hommes. A ce moment-là, la Samaritaine demande l’eau vive qui va la rassasier, cette eau vive dans laquelle nous avons été plongés au moment de notre baptême, cette eau vive qui jaillit du cœur du Christ transpercé sur la croix. Notre cheminement de carême doit nous aider à accueillir l’eau vive que Jésus nous a donnée et continue inlassablement de nous donner pour la vie éternelle.

Chers frères et sœurs, méditant sur cet évangile, le Pape Benoît XVI écrit dans son message de Carême : « “Donne-moi à boire” (Jn 4,7). Cette demande de Jésus à la Samaritaine, qui nous est rapportée dans la liturgie du troisième dimanche, exprime la passion de Dieu pour tout homme et veut susciter en notre cœur le désir du don de ″l’eau jaillissant en vie éternelle″ (v.14) : C’est le don de l’Esprit Saint qui fait des chrétiens de ″vrais adorateurs″, capables de prier le Père ″en esprit et en vérité″ (v.23). Seule cette eau peut assouvir notre soif de bien, de vérité et de beauté ! Seule cette eau, qui nous est donnée par le Fils, peut irriguer les déserts de l’âme inquiète et insatisfaite ″tant qu’elle ne repose en Dieu″, selon la célèbre expression de saint Augustin. »

En effet, pour laisser l’eau vive faire son œuvre dans sa vie afin de devenir un véritable adorateur du Père, la Samaritaine est appelée à regarder en face ce qu’elle est, ce qu’elle a vécu. « Va, appelle ton mari, et reviens ». Il renvoie la Samaritaine aux peurs liées à sa propre vie afin de l’en délivrer et de faire d’elle une source jaillissante de vie. En effet, cette femme reconnaît sa situation et Jésus l’accueille dans la vérité afin de l’ouvrir à ce qui fait l’essentiel de sa vie : « l’heure vient - et c’est maintenant - où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »

Cette rencontre avec le Messie libère la Samaritaine. Elle la transforme en faisant d’elle une fontaine en devenant à ce moment-là missionnaire de la miséricorde du Seigneur. « La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens : ″Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Messie ?″ Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers Jésus. » Et juste après cette rencontre, les voilà qui témoignent disant : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons maintenant ; nous l’avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde »

Chers frères et sœurs bien-aimés, à notre tour entendons le Seigneur nous dire « Donne-moi à boire ! » Jésus a soif de notre Amour, de notre vie, de ce que nous sommes. N’ayons pas peur de d’entrer dans ce dialogue qui nous conduira à ce paradoxe extraordinaire : nous serons rassasié en nous donnant. Alors, à la suite de la Samaritaine nous découvrirons nous aussi la joie de la rencontre amoureuse avec le Seigneur, rencontre qui nous fait aller vers lui et vers nos frères pour leur annoncer la présence aimante et vivifiante du Seigneur Jésus qui dit à tout homme : « Donne-moi à boire ! »

Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr