Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/Mon-bon-Jesus-je-n-ai-que-vous
        " Mon bon Jésus, je n’ai que vous... "

" Mon bon Jésus, je n’ai que vous... "

« Jésus vous attend à la chapelle. Allez le trouver quand vous serez à bout de patience et de force, quand vous vous sentirez seule et impuissante. Dites-lui : Vous savez ce qui se passe, mon bon Jésus. Je n’ai que Vous. Venez à mon aide… Et puis, allez. Et ne vous inquiétez pas de savoir comment vous pourrez faire. Il suffit que vous l’ayez dit au Bon Dieu. Il a bonne mémoire. » (Ste Jeanne Jugan)


Un très vieux prie-Dieu en bois de noyer, celui-là ou un autre, nous ne savons. Ce dont nous avons la certitude c’est qu’à cette place, sœur Marie de la Croix, vous vous êtes agenouillée souvent. La pénombre du sanctuaire de la chapelle de La Tour Saint Joseph, la masse de granit des piliers, tout cela vous dérobe aux regards indiscrets alors que vous levez humblement les yeux vers le tabernacle dans une secrète contemplation.

Certains diront – l’objection est facile – « Est-ce vraiment Jeanne Jugan ? » Ils mettront sous nos yeux une autre image : à peine courbée sous le poids d’un panier que votre manteau recouvre à demi, vous marchez. Vous marchez, le regard fixé, vers un but invisible que votre regard ne quitte pas. Vous marchez, entraînant dans le dynamisme de votre élan une jeune compagne, une de vos premières filles. Faut-il nous arrêter sur cette vision ? D’autres nous présentent une troisième image ? Vous encore, mais vous n’êtes plus seule, des visages vous encadrent : visages vieillis, ridés, douloureux. De la sérénité du vôtre, descend sur eux la paix retrouvée. Elle remplit de lumière leurs yeux. … On dirait que vous allez sourire et nous communiquer la joie mystérieuse pour nous, si grande pour vous, à être ainsi au milieu de ces visages vieillis.

Entre ces trois images, allons-nous choisir ? Non, car il n’y a qu’une seule Jeanne Jugan mais vue par chaque image dans une nouvelle lumière de l’Amour, car les visages de l’Amour sont infinis. Les trois images n’en font qu’une. Elles recouvrent la même réalité : la présence d’un grand Amour multiforme.

L’Amour nous fait marcher, avancer. Et vous, vous marchez toute votre vie. Qui aime ne peut s’arrêter, qui aime doit avancer sans fin, plus loin, toujours plus loin. Toujours insatisfait en son amour. Toujours en quête de plus d’amour. L’AMOUR EST INFINI ET OUVRE A L’INFINI !

Alors que les visages vieillis sont toujours là et que l’amour vous donne de les voir, pourquoi joindre les mains au lieu de continuer de les tendre ? Pourquoi fermer les yeux au lieu de les ouvrir ? Sœur Marie de la Croix vous nous apprenez que sans les mains jointes, sans les yeux humblement levés vers le tabernacle, nous ne pouvons pas avancer et ouvrir notre vie à celle des autres. Oui, sans vos mains jointes, sans votre prière, vous n’auriez jamais marché et ouvert la voie à beaucoup d’autres. Sans les colloques avec Dieu, nous ne pourrions vous représenter au milieu de visages vieillis. Dans votre vie, tout commence et tout s’achève avec vos mains jointes et votre regard humble et doux du tabernacle où Jésus vous attend.

Le vieux prie-Dieu en noyer explique tout. Il met en évidence le centre de votre vie, cette présence, intime et continuelle à Dieu ; génératrice en vous d’un amour envahissant, autant qu’exclusif.

« Mes petites – dites-vous – ne refusez rien au Bon Dieu, habituez-vous à tout faire pour Lui. … Aimons-Le bien, c’est tout ce qu’il faut. Il est si bon… Aimez beaucoup le Bon Dieu. Tout pour Lui, faites tout par Amour. »

Et sur vos lèvres, chacune de ces affirmations est vivante, vécue, prise à la lettre, porteuse d’une conviction qui vous engageait jusqu’au tréfonds.

Ici, dans le silence d’une prière que nul journal spirituel ne divulguera jamais, vous avez rencontré le Seigneur. Il s’est passé de Lui à vous, et de vous à Lui, cet échange d’amour que défie les mots. Vous avez trouvé en Lui la claire vue des choses, l’amour vrai du prochain. Ici, plus qu’en nul autre temps, vous avez été efficace et agissante. Ici, l’amour vous a pressé dans votre marche en avant. Il a rendu votre cœur simple, votre âme pacifique, douce, capable de communier à la joie de la Croix.

Enfin, l’amour vous a dévoilé son grand secret. Le secret qui transforme nos actions en contemplation. Et fait rejaillir sur nos gestes le rayonnement d’une Présence incessante, la continuité d’un dialogue qui ni les êtres, ni les événements n’ont pouvoir d’interrompre.

A genoux, à cette place, Dieu vous a fait connaître la suprême efficacité, la démarche ultime, de l’âme aimante qui ne peut plus rien faire - ayant déjà tout fait - que de se laisser faire.

Le prie-Dieu est là pour nous le rappeler. [1]

Notes

[1D’après le petit livre Ce que disait Jeanne Jugan, p. 41-51

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr