Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/Une-dimension-d-eternite
          Une dimension d’éternité

Une dimension d’éternité

18ème Dimanche du Temps Ordinaire

"Vanité des vanités, disait l’Ecclésiaste. Vanité des vanités, tout est vanité !" (Qo 1, 2 ; 2, 21-23)


Depuis que je l’ai entendue dans la bouche du cardinal Schönborn lors de la retraite internationale d’octobre dernier, je pense souvent à cette phrase d’un sociologue : « Au moyen âge, on vivait plus vieux qu’aujourd’hui. En effet, de nos jours on vit 80 ou 90 ans, mais au moyen âge, on vivait 50 ans plus l’éternité ». N’est-ce pas ce que nous dit le Seigneur Jésus aujourd’hui, dans l’évangile que nous venons d’entendre ? « Mais Dieu lui dit : ’Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura ?’ Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

Dans un monde où l’entrée dans la vie est si souvent médicalisée, tant pour l’entrée dans la vie de ce monde, que pour l’entrée dans la vie nouvelle et éternelle, il nous est bon d’entendre Jésus nous dire et nous inviter à méditer sur la dimension d’éternité de toute vie humaine. Certes, il est important de laisser à la médecine et à la recherche médicale la possibilité d’aider à ce que ce moment crucial et unique de l’entrée dans la vie puisse se passer dans les meilleures conditions. Mais cela ne doit se faire au détriment de la vérité sur l’homme, du respect de sa dimension transcendante. Cela ne doit pas occulter la dimension d’éternité qui est inhérente à toute vie humaine.

Il est vrai aussi, que le Seigneur Jésus nous engage à regarder dans la vérité le sens du fruit de notre travail, des biens que nous pouvons avoir et éventuellement épargner. Écoutons-le encore une fois : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses. » Dans sa magnifique encyclique sociale, Caritas in Veritate, le Pape Benoît XVI écrit au numéro 21 : « Le profit est utile si, en tant que moyen, il est orienté vers un but qui lui donne un sens relatif aussi bien quant à la façon de le créer que de l’utiliser. La visée exclusive du profit, s’il est produit de façon mauvaise ou s’il n’a pas le bien commun pour but ultime, risque de détruire la richesse et d’engendrer la pauvreté ». En effet, le développement de la personne humaine ne sera authentique que s’il prend en considération la plénitude de son être dans toutes les dimensions tant personnelles que communautaires de l’homme. Pour vivre une authentique promotion de l’homme, il ne s’agit pas simplement d’avoir plus, mais d’être plus !

Chers frères et sœurs, en ce dimanche, osons nous poser différentes questions : qu’est-ce qui nous fait vivre ? quel est le but de notre vie ? qu’est-ce qui nous donne la sécurité dans notre vie ? sur quoi nous appuyons-nous pour vivre ? Soyons réalistes, dans le quotidien tout n’est pas simple et nous avons besoin de nous appuyer sur le roc afin de ne pas sombrer. Nous sommes comme l’apôtre Pierre qui marche sur les eaux de la mer déchaînée et qui, regardant les éléments autour de lui, risque de couler et se tourne dans la confiance vers le Seigneur en lui disant : « Seigneur, sauve-moi ! » Il ne savait pas comment Jésus allait faire, mais il savait que Jésus ne pouvait pas le laisser tomber et le laisser couler. L’évangile de ce jour nous engage à nous appuyer non pas sur les richesses amassées mais sur l’essentiel : la dimension d’éternité qui ne passe pas et qui nous rejoint dès aujourd’hui. Or, l’Écriture nous le dit, ce qui dure éternellement, ce n’est pas la jouissance, comme semble le dire l’homme riche de la parabole, mais l’Amour ! Un Amour de la vie ! Un Amour de nos frères ! Et à fortiori un Amour de Dieu !

Au tout début de son encyclique Caritas in Veritate, le saint Père écrit : « L’amour dans la vérité (Caritas in veritate), dont Jésus s’est fait le témoin dans sa vie terrestre et surtout par sa mort et sa résurrection, est la force dynamique essentielle du vrai développement de chaque personne et de l’humanité tout entière. L’amour – « caritas » – est une force extraordinaire qui pousse les personnes à s’engager avec courage et générosité dans le domaine de la justice et de la paix. C’est une force qui a son origine en Dieu, Amour éternel et Vérité absolue. » Et il continue en disant : « Jésus Christ purifie et libère de nos pauvretés humaines la recherche de l’amour et de la vérité et il nous révèle en plénitude l’initiative d’amour ainsi que le projet de la vie vraie que Dieu a préparée pour nous. Dans le Christ, l’amour dans la vérité devient le Visage de sa Personne. C’est notre vocation d’aimer nos frères dans la vérité de son dessein. Lui-même, en effet, est la Vérité (cf. Jn 14, 6) ».

Chers frères et sœurs bien-aimés, est-ce que nous savons ce que sera demain ? Non ! Alors appuyons nous dès aujourd’hui sur l’essentiel, c’est-à-dire sur ce qui nous ouvre à l’éternité : l’AMOUR !

Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr