Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/Fete-du-Corps-et-du-Sang-du
        Fête du Corps et du Sang du Seigneur

Fête du Corps et du Sang du Seigneur

Homélie de la Fête Dieu 2014

Cette fête du Corps et du Sang du Seigneur est une véritable proclamation de la foi.

  • fetedieu - (mp3 - 10.9 Mo) Télécharger

Nous ne la retrouvons pas dans le Credo, mais elle est reprise avec force dans le document conciliaire sur la liturgie Sacrosanctum Concilium (n°47) qui nous rappelle : « Notre Sauveur, à la dernière Cène, la nuit où il était livré, institua le sacrifice eucharistique de son Corps et de son Sang pour perpétuer le sacrifice de la croix au long des siècles, jusqu’à ce qu’il vienne, et pour confier à l’Église, son Épouse bien-aimée, le mémorial de sa mort et de sa résurrection : sacrement de l’amour, signe de l’unité, lien de la charité, banquet pascal dans lequel le Christ est reçu en nourriture, l’âme est comblée de grâce et le gage de la gloire future nous est donné ».

En d’autres termes, par cette fête nous sommes en quelque sorte plongés dans l’événement pascal du Seigneur. Il nous est donné de reprendre conscience que depuis le soir du Jeudi-Saint, depuis le Calvaire et depuis la Résurrection, chaque célébration eucharistique est significative et signifiante de la présence permanente, réelle et agissante du Christ mort et ressuscité. Oui, la célébration de l’Eucharistie nous est nécessaire afin que nous nous nourrissions de la présence de Jésus dans notre vie chrétienne.

Alors, entrons de tout notre cœur dans la contemplation de ce mystère de ce jour.
Un mot vient à notre esprit en lisant les textes que la liturgie nous donne cette année. Il s’agit de « communion ». Encore faut-il bien comprendre l’utilisation de ce mot qui n’est pas toujours facile à saisir. En effet, la communion au corps et au sang du Christ est la source de la communion des fidèles entre eux. Écoutons encore saint Paul : « Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain ». Ces deux réalités de la communion sont indissociable l’une de l’autre. Elles s’appellent mutuellement.

Chers frères et sœurs, dans la participation à l’Eucharistie, en recevant la communion au Corps du Christ, nous sommes appelés à participer à l’union à la plénitude de la personne de Jésus, lui qui est vrai Dieu et vrai homme. Nous sommes alors divinisés ! Rappelons-nous ce qui est dit au cœur de l’offertoire : « Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’alliance puissions-nous être uni à la divinité de celui qui a pris notre humanité ».

Faisons attention, la goutte d’eau mise dans le vin lors de l’offertoire, ainsi que nous le verrons tout à l’heure, ne symbolise pas simplement l’assemblée des fidèles réunis pour célébrer l’Eucharistie, mais l’ensemble de l’humanité. Oui, c’est tout homme qui est appelé à entrer dans cette communion avec le Seigneur que nous célébrons à chaque Eucharistie. La Messe construit l’ensemble de la communauté qu’est l’Église, laquelle est appelée à être, « dans le Christ, en quelque sorte le sacrement, c’est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain », ainsi que nous rappelle le Concile Vatican II.

Notre participation à l’Eucharistie nous engage donc à vivre la communion et à être instrument de communion là où nous sommes et chacun suivant son charisme propre. Oui, soyons des instruments de communion dans nos familles, dans notre communauté paroissiale, dans nos cités. Instruments de communion nous deviendrons de ce fait des artisans de paix !

Écoutons le Saint Père qui a pu dire l’an passé, lors de cette fête, et qui nous dit aujourd’hui : « Encore une fois, le Seigneur distribue pour nous le pain qui est son Corps, Il se fait don. Et nous aussi, nous faisons l’expérience de la ‘solidarité de Dieu’ avec l’homme, une solidarité qui ne s’épuise jamais, une solidarité qui ne finit pas de nous surprendre : Dieu se fait proche de nous, dans le sacrifice de la Croix, il s’abaisse en entrant dans l’obscurité de la mort pour nous donner sa vie, qui vainc le mal, l’égoïsme, la mort. Ce soir aussi, Jésus se donne à nous dans l’Eucharistie, partage notre même chemin, se fait même nourriture, la vraie nourriture qui soutient notre vie, y compris dans les moments où la route se fait difficile, et où les obstacles ralentissent nos pas. Et dans l’Eucharistie, le Seigneur nous fait parcourir sa voie, celle du service, du partage, du don, et ce peu que nous avons, ce peu que nous sommes, s’il est partagé, devient richesse, car la puissance de Dieu, qui est celle de l’amour, descend dans notre pauvreté pour la transformer. »

Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr