Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/En-toute-chose-faire-Misericorde
          En toute chose, faire Miséricorde !

En toute chose, faire Miséricorde !

Homélie du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire - Dimanche 11 Septembre 2011 - Matthieu 18, 21-35

Avec ces versets de l’évangile, nous sommes arrivés au terme de l’enseignement du Seigneur sur la vie ecclésiale. Et il est bon de voir que ce terme nous ouvre à la réalité du pardon, de la miséricorde.


En effet, la vie de groupe, ou d’une société, ou encore d’une communauté, ne peut être vécue pleinement que s’il y a une ouverture, une possibilité de pardon demandé et reçu. Cela est vrai non seulement dans le quotidien dans nos relations interpersonnelles, mais également dans notre relation à Dieu. L’une et l’autre dimension de notre vie s’appellent et s’éclairent mutuellement. D’ailleurs le Seigneur nous le dit très clairement : « C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur ».

Le point de départ de cet enseignement du Christ sur le pardon se trouve dans une question de l’apôtre Pierre qui s’inscrit au cœur d’une réalité existentielle que l’on pourrait résumer ainsi : mes relations avec autrui ne sont pas toujours idéales, il arrive que nous nous blessions et que nous sommes alors appelés au pardon. Pierre s’interroge alors : il y a-t-il une limite au pardon ? « Seigneur, quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? » La réponse de Jésus ne se fait pas attendre. Écoutons-le encore une fois : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois ».

Le chiffre sept témoigne d’une certaine générosité de la part de Pierre. Mais, il désire en quelque sorte donner une limite au pardon. Jésus va au-delà et révèle qu’il veut que nous pardonnions sans limite. Faisons un peu de calcul. Soixante-dix c’est sept fois dix. Sept est le chiffre de la création, de la semaine, de la plénitude ; dix rappelle le décalogue, les dix paroles données par Dieu à Moïse au moment de l’Alliance ; le tout est encore multiplié par sept. Il y a vraiment une surabondance. Jésus montre ainsi que, s’inscrivant dans l’alliance, nous ne devons pas mettre de limite à la miséricorde. Il faut avoir l’audace de pardonner inlassablement comme le Seigneur nous pardonne lui-même. Le mystère de la miséricorde infinie du Père est au cœur du mystère de l’Alliance que le Seigneur a scellée avec l’humanité.

Chers frères et sœurs, comprenons bien ce que le Seigneur veut nous dire aujourd’hui. Le flot infini de miséricorde du Seigneur ne pénétrera notre cœur que si celui-ci s’ouvre. Certes, cette ouverture se fera dans la reconnaissance humble et vraie de notre péché et de notre offense ; mais elle se fera également dans le fait de nous tourner vers notre frère repentant pour lui offrir notre pardon. L’histoire et l’actualité, et même notre propre vie, nous montrent qu’il est vraiment difficile de pardonner. Bien souvent parce qu’on associe pardon et oubli. Or, « il n’est pas en notre pouvoir de ne plus sentir et d’oublier l’offense ; mais le cœur qui s’offre à l’Esprit Saint retourne la blessure en compassion et purifie la mémoire en transformant l’offense en intercession » (CEC 2843). Oui, « Le pardon témoigne que, dans notre monde, l’amour est plus fort que le péché » (CEC 2844), car rien n’est impossible à Dieu !

Si nous avons tant de mal à pardonner à nos frères, n’est-ce pas parce que nous ne nous rendons pas compte que Dieu est miséricordieux avec nous ? Dieu n’est pas un juge qui nous condamne mais un Père qui nous pardonne. Dans la foi nous le savons. Cela est vrai pour moi, pour chacun, et donc pour celui qui est assis à côté de moi ! Ensemble nous regardons vers le Père riche en Miséricorde et qui nous pardonne. Alors, posons un regard de tendresse et de miséricorde les uns sur les autres. Puisque nous partageons ensemble cet amour que Dieu nous porte, je ne puis que le traduire dans mon attitude vis-à-vis d’autrui. On pourrait appeler cela l’incarnation de la vie spirituelle, ou encore l’histoire vivante des paroles du Seigneur sur le pardon.

Chers frères et sœurs bien-aimés, s’il est vraiment difficile d’exprimer et de vivre ce que nous dit l’évangile de ce jour, n’oublions jamais que nous devons introduire toujours plus dans nos vies le mystère de la miséricorde divine afin de le vivre pour nous même, pour notre prochain dans un témoignage authentique. Oui, c’est au nom de son mystère intime que le Seigneur Jésus nous enseigne à toujours pardonner.

Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr