Paroisse de Lalleyriat - Le Poizat - Les Neyrolles - Nantua - 01 Ain
http://saintmichelnantua.com/A-la-mesure-de-l-Amour-de-Jesus
          A la mesure de l’Amour de Jésus ?

A la mesure de l’Amour de Jésus ?

Homélie du 11ème Dimanche du Temps Ordinaire 2013 - 16 juin 2013 - Lc 7, 36-50 ; 8, 1-3

Après avoir entendu ces versets plein de miséricorde, une question peut surgir dans notre tête et dans notre cœur : « Notre amour est-il à la mesure de l’amour que Jésus a pour nous ? »

  • homelieba - (mp3 - 9.2 Mo) Télécharger

Certes, nous ne sommes pas des pécheurs publics comme cette femme qui vient poser des gestes d’une grande douceur et très poignants. « Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, à ses pieds, et ses larmes mouillaient les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et y versait le parfum », nous dit l’évangile. Nous ne sommes pas non plus comme ce pharisien qui accueille Jésus, heureux de présenter ce prédicateur merveilleux à ses amis tout en s’interrogeant : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse ».

Et pourtant, ne sommes-nous pas un peu des deux ? Hélas, pécheurs nous le sommes et d’ailleurs cela se voit parfois au point qu’on entend bien souvent : « Faites ce qu’ils disent mais ne faites pas ce qu’ils font ! » De plus, pour reprendre les mots du pape François, nous sommes parfois des « chrétiens de salon », heureux de se retrouver ensemble parce que nous sommes tous formidables, ce qui n’est pas le cas des autres ! Et Jésus est là présent au milieu de nous, osant aller à la frontière de la vie de l’homme, pour révéler à tous le Père riche en Miséricorde.

Alors, regardons comment Jésus révèle sa miséricorde à l’un comme à l’autre afin d’en vivre nous aussi pour en être les témoins.

Remarquons tout d’abord que pour l’un comme pour l’autre, Jésus accueille tant le pharisien que la femme pécheresse. Et, chers frères et sœurs, il le fait sans porter de jugement mais en recevant les différents témoignages d’attachement qu’ils peuvent avoir l’un et l’autre : le pharisien par le banquet qu’il donne, la femme au travers de ses gestes de tendresse. Il en résulte que nous ne devons pas avoir peur de nous approcher de Jésus qui que nous soyons et quoique nous ayons fait. Manifestons simplement par un geste qui nous appartient notre attachement à Jésus. Ce geste ouvrira notre cœur et alors Jésus ouvrira le sien pour faire couler à flot la Miséricorde de son Amour. Ce geste nous donnera de pouvoir accueillir cette Miséricorde de Jésus même si le changement de vie auquel nous sommes appelés est radical !

Accueillant la personne pour ce qu’elle est, Jésus sait ce dont elle a besoin et il invite avec respect chaque homme, chaque femme, à accueillir son amour et ainsi à devenir membre du Peuple de Dieu.

Comment le fait-il avec le Pharisien ? Cet homme est croyant de stricte observance, dévot et respectueux de la loi. Alors, il s’adresse à lui au travers d’une petite parabole afin de susciter son intérêt : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. — Parle, Maître » Et Jésus de lui raconter la parabole des deux débiteurs afin de lui faire comprendre que celui qui témoigne d’un grand amour est disponible pour recevoir pleinement le pardon de Dieu. Et comment devons-nous témoigner de cet amour ? Non seulement en parole mais aussi en acte ! « Tu vois cette femme ? Je suis entré chez toi, et tu ne m’as pas versé d’eau sur les pieds ; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis son entrée, elle n’a pas cessé d’embrasser mes pieds. Tu ne m’as pas versé de parfum sur la tête ; elle, elle m’a versé un parfum précieux sur les pieds », dit Jésus à son hôte. Ainsi, il l’invite à descendre au fond de lui-même pour vivre un cheminement lui permettant d’accueillir l’œuvre de Miséricorde.

Pour la femme, Jésus agira autrement. Il accueille simplement les gestes silencieux de repentance qu’elle lui témoigne. Et pourtant cela ne devait pas être facile car ce que fait cette pécheresse est scandaleux aux yeux des convives. Mais Jésus sait que derrière ces gestes, cette femme cherche l’amour vrai, l’amour qui accueille l’autre pour ce qu’il est en vérité. « Tes péchés sont pardonnés » - « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! »

N’ayons pas peur, Jésus Seigneur, vainqueur du péché et de la mort, n’est pas celui qui juge mais celui qui remet les dettes en faisant Miséricorde. Alors, chers frères et sœurs bien-aimés, savons-nous poser les actes nécessaires pour accueillir la Miséricorde du Père que Jésus vient nous révéler et nous donner ? Savons-nous reconnaître la parole de Jésus qui nous fait Miséricorde ? Oui, notre amour pour Jésus et pour nos frères est-il à la mesure de l’amour qu’il nous accorde ?

Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr